Ajouté le: 10 Janvier 2010 L'heure: 15:14

Calendrier pour le Grand Carême

Aux premiers siècles...

« jeûne » signifiait « abstinence totale », ou bien au moins jusqu’à la 9ème heure (= 15h, la mort du Seigneur sur la Croix), lorsqu’on mangeait sec (des végétaux). On jeûnait ainsi chaque mercredi et vendredi, mais

jamais le samedi et le dimanche1, lorsqu’on célébrait la Liturgie : le Christ partagé aux fidèles, lesquels « tant qu’ils ont l’Epoux avec eux, ne peuvent pas jeûner » Mc 2,19); plus tard,

40 jours (= « Carême »2) de « jeûne » (comme le Seigneur dans le désert) furent établis avant Pâques. Ainsi est né le Grand Carême qui durait 8 semaines (la dernière dédiée à la Passion) : lundi-vendredi on jeûnait (5 jours x 8 = 40), et samedi-dimanche on célébrait la Liturgie, sans jeûner, mais  

en mangeant des végétaux, ce qui

Graduellement...

– lorsque l’Empire roman fut christianisé (V - VIe siècles) et la multitude avait besoin de condescendence – a assimilé la notion de « jeûne » (le jeûne restait libre aux plus fervents) ; ainsi « jeûner » est devenu simplement « manger des végétaux/carêmique »; donc les 40 jours ont pu être comptés consécutivement : 6 semaines moins 2 jours + la Semaine de la Passion élargie = 7 semaines. L’Eglise a retenu les deux traditions (que chacun fasse selon sa mesure !) ; ainsi

Aujourd’hui...

Le Carême comprend 8 semaines: 1 sans viande (« des laitages »)3 + 7 végétales. Le Carême comme abstinence dure toute la période (8 semaines x 5 lundi-vendredi); le Carême végétal dure les 6 semaines au milieu: du dernier jour des laitages jusqu’au vendredi avant la Résurrection de Lazare (= 40 jours). Pendant toute cette période on ne célèbre pas de mariage.

Lundi-vendredi

sont des jours stricts (si on le peut, on jeûne jusqu’à 15h et on mange sec, sans huile et vin), de repentir (on ne commémore pas de saints, on n’organise pas de banquets, d’anniversaires4), et aliturgiques (on n’y célèbre pas de Liturgie5, ni de panychides). Un jour exceptionnel est le jeudi où l’on célèbre la vigile6 du grand Canon de repentir.

Qui sait qu’en grec « métanie » = repentir, et qui compte 40 jours (inclus) en arrière, comprend davantage !

Les Samedis sont de deux types : 

I. des défunts (c’est maintenant qu’on commémore les défunts !), nommés « Alleluia » (chant utilisé dans l’office); il y en a quatre : avant le dimanche du Carnaval (qui correspond au samedi avant la Pentecôte), le 2e, 3e et 4e du Grand Carême. 

II. commémoratifs, toujours quatre, où on fête :
1. les saints ascètes,
2. le miracle accompli par St Théodore avec le colybe,
3. l’hymne Acathiste,
4. la Résurrection de Lazare.

Ces deux types ne sont jamais à mélanger ! Les rubriques qui indiquent parfois comme quoi on célébrait de panychides dans ces samedis commémoratifs, sont éronnées ! En plus, si un samedi Alleluia tombe le 24 - 26 mars, il est annulé en faveur de l’Annonciation.

Les Dimanches suivent deux directions :

I. une thématique, avec deux lectures de Matthieu sur l’aumône (Dernier Jugement) et le jeûne (Pardon), puis quatre « ordinaires » de Marc sur la manière dont il faut se laisser (trans)porter vers le Christ, comme le paralytique, par quatre vertus (2e dim.) : le rénoncement à soi-même (3e dim.), la prière et le jeûne (4e dim.), l’humilité (5e dim.) !

II. une commémorative : le triomphe des icônes et de l’Orthodoxie (787 et 843), puis de l’hésychasme (St. Grégoire, XIVe s.); la vénération de la Croix au milieu du Carême1 ; deux modèles complémentaires de sainteté : un juste irreprochable (Jean Climaque) et une ex-prostituée (Marie l’Egyptienne).

Samedi et dimanche on ne fait donc pas d’abstinence (on y célèbre la Liturgie ! Celle de St Jean Chrysostome en ordinaire, ou bien de St. Basile le Grand les 5 premiers dimanches = les « commémoratifs » + Jeudi et Samedi saint), mais on ajoute d’huile et du vin aux végétaux (du poisson uniquement à l’Annonciation et aux Rameaux).

Voilà quelques repères essentiels pour entamer le voyage du Grand Carême ! Et ci-contre, un tableau pour mieux les retenir.

Sur la Semaine de la Passion plus en détail, il suit…

Hiérom. Arsène de la Malvialle

S   Alleluia
D   Dernier jour de viande. Jugement
S  
des Saints Ascètes
D   Dernier jour des laitages. Pardon
S   Du miracle des Colybes
(Mrt. Théodore Tiron)
D   Dimanche de l’Orthodoxie
S   Alleluia 
D   Le Paralytique. St. Grégoire de Thess.
S   Alleluia 
D   Sainte Croix 
S   Alleluia
D   Le sourd-muet. St. Jean Climaque
J   † Canon de repentir
S   † Hymne Acathiste 
D   Ap. Jacques et Jean. Ste. Marie l’Eg.
S   † Résurrection de Lazare
D   † Entrée à Jérusalem
Rameaux
L   † Joseph et le figuier
M  † Les dix vierges 
† La femme pécheresse 
J   †  Cène mystique
V   † Crucifixion
abstinence
S   † Ensevelissement abstin
D   † Pâques. Résurr. du Seigneur 

 

Notes :

1. Can. 66 ap., 18 Gangra (340), 55 Trul (692).
2. Lat. „quadragesima” > fr. „carême”, it. „quaresima”, sp. „cuaresma”.
3. Ce mercredi et vendredi on mange des laitages (quelques uns en prennent aussi du poisson, mais ce n’est pas normal).
4. Can. 49‑52 Laod (343); 52 Trul (692).
5. Mais on peut garder des saints Dons du dimanche précédent (« Dons présanctifiés ») et y communier pendant un rite spécial (excessivement développé), qui ne l’est et ne doit pas être nommé Liturgie (cf. Apostolia 13/2009).
6. « Vigile », c’est l’office des Matines célébré le soir/nuit avant. Donc la vigile du Canon a lieu le mercredi soir dans la nuit ; de même, la vigile du Samedi saint (les Lamentations) a lieu le soir du Vendredi saint etc.
7. Elle marque aussi le terme de 30 jours avant Pâques où l’on concluait l’inscription des candidats pour le Baptême pascal, appelés dorénavant « illuminants ».

Les dernières Nouvelles
mises-à-jour deux fois par semaine

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Le site internet www.apostolia.eu est financé par le gouvernement roumain, par le Departement pour les roumains à l'étranger