Ajouté le: 15 Octobre 2018 L'heure: 15:14

Hymne 15

Saint Syméon le Nouveau Théologien,

in « Hymnes », vol. I, Éditions du Cerf, SC n°156, Paris, 1976

Tu es donc, maintenant, en nous, en train de faire toutes ces redoutables merveilles ; 

quelles merveilles ? – Écoutez, entre beaucoup, ces quelques-unes :

car même si tout ce que nous avons dit dépasse déjà toute stupeur,

écoute pourtant, maintenant, des merveilles plus redoutables encore !

Nous devenons membres du Christ – et le Christ devient nos membres,

le Christ devient ma main, le Christ, mon pied, à moi misérable ;

et la main du Christ, le pied du Christ, c’est moi, malheureux !

Je remue la main, et ma main est le Christ tout entier

– puisque indivisible, ne l’oublie pas, est Dieu en sa divinité –;

je remue le pied, et voici qu’il brille comme Celui-là !

– ne m’accuse pas de blasphémer, mais accueille cette vérité

et adore le Christ qui te rend tel,

puisque si tu le veux tu deviendras membre du Christ, 

et de même tous nos membres à chacun d’entre nous

deviendront membres du Christ, et le Christ nos membres, 

et tout ce qui en nous est sans honneur Il le rendra honorable

en le parant de sa beauté et de sa gloire divines,

puisque en même temps vivant avec Dieu, nous deviendrons dieux,

sans plus voir du tout la honte de notre corps,

mais rendus entièrement semblables au Christ dans notre corps tout entier,

chaque membre de notre corps sera le Christ tout entier : 

car, devenant beaucoup de membres, Il demeure unique et indivisible,

et chaque partie, c’est Lui, le Christ entier.

Maintenant, eh bien tu as reconnu en mon doigt le Christ,

et en cet organe... – n’as-tu pas frémi, ou rougi ?

Mais Dieu n’a pas eu honte de devenir semblable à toi

et toi, tu as honte d’être semblable à Lui ?

– Non, je n’ai pas honte de Lui être semblable,

mais quand tu l’as dit semblable à un membre honteux, 

j’ai craint que tu ne prononces un blasphème.

– Eh bien, tu as eu tort de craindre, il n’y a rien là de honteux,

mais ce sont les membres cachés du Christ, puisqu’on les recouvre,

et en cela ils sont plus dignes d’honneur que les autres, 

comme membres cachés, invisibles à tous, de Celui qui est caché,

de Celui qui donne la semence dans l’union divine, 

semence divine, formée, redoutable mystère, selon la forme de Dieu,

issue de la divinité elle-même, tout entière – car il est Dieu tout entier –, 

celui qui s’unit avec nous, ô mystère d’effroi ! 

C’est vraiment un mariage qui se fait, ineffable et divin : 

Dieu s’unit à chacun – oui, je le répète, 

c’est ma volupté – et chacun devient un avec le Maître. 

Si donc tu as, par toute ta chair, revêtu le Christ total, 

tu comprendras sans rougir tout ce que je dis ; 

mais si tu n’en as rien fait, ou si du vêtement immaculé, je parle du Christ, 

tu n’as mis à ton âme qu’une petite pièce, 

simple morceau sur une vieille étoffe, elle ne couvre qu’un endroit

et tu as honte de tout le reste de tes membres, 

ou plutôt c’est ton corps entier qui est souillé. 

Comment en effet ne rougirais-tu pas, couvert de vêtements souillés ?

Quand je prononce ces mots redoutables sur les membres saints,

et que je considère toute cette gloire, l’esprit illuminé,

plein de joie, sans penser à rien de charnel,

toi, tu considères tes propres chairs, toutes souillées

et tu parcours en esprit tes actions infâmes

où ton esprit toujours rampe comme un ver ; 

voilà pourquoi tu projettes sur le Christ et sur moi ta honte 

en disant : « Ne rougis-tu pas de ces paroles honteuses, 

et surtout de ravaler le Christ à des membres honteux ? » 

Mais à mon tour je te dis : Vois le Christ dans le sein de sa mère ;

représente-toi l’intérieur de ce sein, et Lui s’en échappant, 

et par où mon Dieu est passé pour en sortir !

Tu trouveras là bien autre chose que ce dont j’ai parlé

et tout cela Il l’a accepté pour notre gloire à nous,

afin que nul ne rougisse de L’imiter

ni de dire ni de subir lui-même ce que Lui a supporté. 

Il s’est fait totalement homme, Lui véritablement, totalement Dieu,

Lui l’Unique, sans division, homme parfait sans nul doute,

et le même est Dieu, tout entier en la totalité de ses membres.

C’est ainsi qu’il y eut, à notre époque, en ces derniers temps,

Syméon le Saint, le Modeste, le Studite,

lui ne rougissait devant les membres de personne, 

ni de voir d’autres hommes nus, ni de se montrer nu,

car il possédait le Christ tout entier, et tout entier il était Christ,

et tous ses membres à lui et les membres de tout autre,

tous et chacun, étaient toujours à ses yeux comme le Christ ;

il demeurait immobile, indemne et impassible ;

tout lui-même était Christ et il regardait comme le Christ

tous les baptisés, revêtus du Christ entier.

Tandis que toi, si tu es nu et que ta chair touche la chair,

te voilà en rut comme un âne ou un étalon :

Comment oses-tu donc déblatérer contre le Saint, lui-même,

et blasphémer le Christ, Celui qui s’est uni à nous

et a donné l’impassibilité à ses saints serviteurs ?

Car Il se fait Époux – tu entends ? – chaque jour,

et épouses deviennent toutes les âmes auxquelles s’unit le Créateur

et elles, en retour, à Lui. 

Ô mariage tout spirituel, étreinte divine dont Il les étreint !

Sans les déflorer aucunement, loin de moi cette idée ! mais même s’Il les prend

déjà déflorées, en s’unissant à elles, du coup Il leur rend leur intégrité,

et ce qui auparavant était souillé par la corruption, à leurs yeux

n’est plus que sainteté, incorruption, parfaitement cicatrisé.

Elles glorifient le Miséricordieux, elles sont éprises du Très-Beau,

elles s’unissent entièrement à son amour entier ;

ou plutôt, en recevant, comme nous l’avons dit, sa semence sainte,

elles possèdent au-dedans d’elles-mêmes Dieu tout entier qui a pris forme.

Les dernières Nouvelles
mises-à-jour deux fois par semaine

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Le site internet www.apostolia.eu est financé par le gouvernement roumain, par le Departement pour les roumains à l'étranger

Conținutul acestui website nu reprezintă poziția oficială a Departamentului pentru Românii de Pretutindeni

Departamentul pentru rom창nii de pretutindeni