Ajouté le: 10 Janvier 2013 L'heure: 15:14

Sainte Geneviève de Paris

Fêtée le 3 janvier

« Tes larmes abondantes ont arrosé et fécondé le désert des cœurs stériles,
Tes prières et tes soupirs ont produit des fruits au centuple.
Prie pour ta cité, ô Sainte Geneviève,
Et pour ceux qui vénèrent avec amour ta sainte mémoire. »

Tropaire de Sainte Geneviève

 

Sainte Geneviève de Paris

« Il y avait pour lors du côté de l’Orient, en la Syrie, un Saint homme appelé Syméon, célèbre par le mépris qu’il avait des plaisirs et des richesses du siècle, et pour être aussi demeuré près de 40 ans sur une colonne près de la ville d’Antioche. On dit de ce grand personnage que, quand il voyait passer des marchands qui venaient d’Occident,  il leur demandait des nouvelles de Geneviève ; et d’autres qui y retournaient, il les priait de la saluer de sa part en lui témoignant l’extrême vénération qu’il avait pour elle et en la conjurant de se souvenir de lui en ses prières. »1

Ainsi les Saints se rencontrent‑ils et se connaissent‑ils dans la prière : de quel autre témoignage avons‑nous besoin que celui de Saint Syméon le Stylite pour célébrer la sainteté de Geneviève ?

Nous avons  non seulement les haut‑faits de sa longue vie – elle vécut jusqu’à 80 ans – mais aussi ses miracles qui continuent à se manifester de nos jours.

Elle est devenue la protectrice attitrée de Lutèce, (actuelle ville de Paris) après avoir détourné Attila et ses Huns du siège de la ville par son jeûne strict et sa prière. Miracle connu de la plupart d’entre nous : elle empêcha les habitants de fuir vers Orléans, les appelant à se joindre à elle. D’abord, ils la traitèrent de folle et voulurent la jeter dans la Seine. Elle ne dut la vie qu’à l’intervention d’un envoyé de Saint Germain d’Auxerre qui les convainquit de l’écouter. Bien des Parisiens, femmes et enfants, se rallièrent alors à sa supplique. Très vite et sans aucune raison apparente, l’ennemi se retira et fila sur les routes d’Orléans. Ainsi la clairvoyance de la Sainte épargna‑t‑elle les Parisiens qui auraient été impitoyablement massacrés dans leur fuite. De 895, où l’envahisseur viking recule devant la châsse de la Sainte à 1914 où les Allemands s’en détournent pour subir la défaite de la Marne, Sainte Geneviève n’a cessé de protéger sa ville. Elle veille à jamais sur elle.

Au XXème siècle, Sainte Geneviève accueillent les émigrés russes, comme en témoigne Catherine Lossky‑Aslanoff : « Les Chrétiens orthodoxes ont pour pratique religieuse de vénérer les Saints lieux, ceux qui ont sanctifié par leur prière la terre qu’ils ont habitée. Les Russes sont tout particulièrement attachés à cet usage. (…) « Saint Denys, Saint Irénée, Saint Rémi, Saint Germain, Sainte Geneviève, Saint Martin…( …) furent priés et vénérés » par les émigrés de Russie, et bien d’autres avec eux dont la terre de France est si riche. Ainsi notre Sainte, protège‑t‑elle le cimetière du petit village de Sainte Geneviève des Bois, devenu providentiellement celui du repos des Russes défunts.

Dès 1936, le Père Michel Belsky, avec Eugraphe et Maxime Kovalevsky, Irène Kedroff, Vladimir et Madeleine Lossky, Léonide Ouspensky (célèbre iconographe), le jeune docteur André Bloom (futur métropolite de Souroge), désire mettre sa paroisse sous la protection de la Mère de Dieu. C’est alors que l’une de ses filles spirituelles vient lui rendre compte d’un songe, reçu par elle comme un appel :

« Une femme est venue me visiter. Elle m’a dit : – Pourquoi, vous les exilés de Russie, vous qui peinez tant et êtes dans la misère, pourquoi ne vous adressez‑vous pas à moi ? Je peux vous aider. – Qui êtes‑vous ? Lui ai‑je demandé. – Je suis Geneviève, la patronne de Paris. »

Cette manifestation se concrétisa par un local trouvé à la rue de la Montagne‑Sainte‑Geneviève et qui devint la paroisse Notre‑Dame‑Joie‑des‑Affligés et Sainte Geneviève (transférée actuellement à la rue Saint Victor toujours à proximité du tombeau de la Sainte), et devenue francophone pour l’accueil des orthodoxes de tous les pays.

Pendant la 2ème guerre mondiale, en 1941, le même Père Michel Belsky demanda à l’archevêque de Paris l’autorisation de célébrer un office orthodoxe à l’église Saint‑Etienne‑du‑Mont auprès du tombeau et de pouvoir vénérer les reliques de la Sainte. Depuis, chaque année, pendant la neuvaine qui lui est consacrée entre les 3 et le 11 janvier, un Te Deum y a lieu. Les grâces de Sainte Geneviève ne cessent de se manifester. Un ex‑voto commémore sa protection à tous les exilés de la terre de France :

« Consolatrice des exilés, tu t’es manifestée aux émigrés de la Russie orthodoxe.
En tous temps, à ton tombeau ils te vénèrent.
Ô Sainte Geneviève,
Sois pour nous, apôtre de l’Unité. » (=de l’Eglise indivise c.à.d. avant le schisme de 1054)

Le moine Edouard Krug peignit Saint Syméon le Stylite et Sainte Geneviève intercédant côte à côte (Chapelle latérale de l’église du Mesnil‑Saint‑Denis). Ils représentent tous deux l’Eglise Indivise, comme les deux faces d’une même pièce, l’une pour l’Orient et l’autre pour l’Occident.

Ainsi, les exilés de Roumanie ont‑ils une puissante protectrice sur la terre de France où ils ont émigré… qu’ils ne l’oublient pas !  

En la fête de Sainte Geneviève de Paris, 3 janvier 2013,

Anne Monney

Bibliographie

1. Sainte Geneviève de Paris, Dom Jacques Dubois et Laure Beaumont‑Maillet, éd. Beauchesne.
2. Sainte Geneviève apôtre de l’Unité ‑9 janvier 1966, Edité par : Paroisse St‑Etienne‑du‑Mont, Paroisse Notre‑Dame‑Joie‑des‑Affligés‑&‑Sainte‑Geneviève, Monastère Notre‑Dame‑de‑Toute‑Protection à Bussy‑en‑Othe.

Notes :

1. Vie de Sainte Geneviève, écrite en Latin 18 ans après la mort de la Sainte, trad. R. P. Lallemand, prieur de l’abbaye Sainte Geneviève & chancelier de l’université de Paris

Sainte Geneviève de Paris

Les dernières Nouvelles
mises-à-jour deux fois par semaine

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Le site internet www.apostolia.eu est financé par le gouvernement roumain, par le Departement pour les roumains à l'étranger