Ajouté le: 8 Mars 2012 L'heure: 15:14

Visite pastorale de Monseigneur Joseph à la paroisse de la Protection de la Mère de Dieu, Saint Georges à Besançon

Visite pastorale de Monseigneur Joseph à la paroisse de la Protection de la Mère de Dieu, Saint Georges à Besançon

Le jour de la fête de la Théophanie 2005, notre bien‑aimé Métropolite Joseph bénissait la création de notre paroisse. Sept ans après, les 6 et 7 janvier derniers , il était avec nous pour célébrer la synaxe du saint et glorieux prophète Jean‑Baptiste.

Après l’office des vêpres, le métropolite Joseph a commencé son entretien avec les fidèles en parlant d’un des aspects de la personne de Jean‑Baptiste, celui de son amitié et de son intimité avec le Christ. Voici quelques extraits de ses paroles : « C’est intime de prier dans votre chapelle. Nous avons besoin de l’intimité avec Dieu tel que lui‑même se révèle à nous dans l’intimité. Il se cache même parfois tellement bien qu’on a l’impression qu’il est trop intime. Parfois Il devrait faire plus pour nous toucher aussi de l’extérieur. Les gens qui ne croient pas invoquent souvent cela : – si Dieu existe, je veux le voir, je veux le toucher. – C’est aussi la parole de l’apôtre Thomas : – Si je ne vois pas, je ne croirai pas. Mais Dieu se révèle, Il nous touche dans l’intimité de notre cœur. C’est pour cela que dans l’histoire de notre Église chrétienne, depuis le début, l’église comme batiment devait être quelque chose de très intime…

Aujourd’hui,  nous célébrons la fête de Saint Jean‑Baptiste au lendemain de la fête de la Théophanie. Ce soir je veux simplement dire une chose. Jean‑Baptiste est un des plus intimes amis du Christ. Il se révèle ami du Christ et il reconnaît le Christ dans le ventre de sa mère. Il tressaille de joie et il transmet cette joie à sa propre mère Élisabeth.

Plus tard il sera la voix de celui qui crie dans le désert : – Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers – ...  La voix qui criait dans le désert. Quel désert? N’imaginons pas que c’est seulement le désert de Palestine. C’est surtout le désert humain, le manque de foi, la non croyance, le désert de l’indifférence et bien sûr le désert de la désunion et de la haine. Les montagnes et les vallées ce sont celles qui sont dans le cœur de l’homme. Montagne de l’orgueil, de la vaine gloire. Vallées et précipices du désespoir et du vide de Dieu...

La foule venue vers lui l’interrogeait disant : – Que devons‑nous faire ? – Chacun lui demande à son tour :  les publicains, les soldats... Et au prêtre ? Qu’aurait‑il dit ?  Plein de choses: fais attention à ceux que Dieu t’a donnés, à ceux pour lesquels tu exerces ta pastorale. Etre pasteur cela veut dire: les nourrir. Mais qu’est‑ce qu’on donne à manger ? Notre parole ? Notre intelligence ? Notre savoir ? Non, non : c’est la Chair et le Sang du Christ ! C’est pour cela que le prêtre est là. Pour nourrir, pour paître le peuple de Dieu. Il faut nourrir avec le ciel celui qui est de la terre, c’est‑à‑dire: nous. Souvent les prêtres se trompent. Ils pensent qu’ils doivent donner à manger au peuple seulement deux fois par an. A Noël et à Pâques, ou même souvent seulement à Pâques. Alors, qui d’entre nous, ayant un enfant ne lui donnera à manger qu’une fois par an? Il sera mort. On a l’impression qu’on ne meurt pas si l’on ne communie pas, pourtant c’est comme ça... Jean‑Baptiste montre le Christ : – Voici l’Agneau de Dieu –. Quel est le sens de l’Agneau? Que fait l’agneau dans le peuple juif ? Il nourrit son peuple. L’agneau était la nourriture du peuple juif à la Pâque. C’est pour cela que dans l’Ancien Testament l’agneau pascal était donné comme symbole de l’Agneau à venir. C’est pour cela que Dieu a préparé le peuple juif en donnant à Pâque à chaque famille un agneau pour nourriture. Ils devaient tout manger. C’était le symbole de la sortie d’Égypte, de la Pâque. Mais c’était aussi préparer la venue de l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde et qui se donne en nourriture à son peuple.

Quelle intimité! O combien Jean‑Baptiste était ami et proche du Christ pour dire : –Voici l’Agneau de Dieu ! – »

Ensuite, tandis que Monseigneur Joseph rencontrait personnellement les fidèles dans notre chapelle, le père Ioan Chilan célébrait les fiançailles et le couronnement de Cătălina Georgeta Ghetau et de Cristian Mihai Chirilă, frère de la presbytera Miriana Dedu. Les fiancés et leurs amis avaient voyagé en car depuis l’Italie, le père Ioan et les familles des mariés depuis la Roumanie ! Nous avons beaucoup sympathisé avec le chaleureux père Ioan, recteur de la paroisse Saint André à Ploieşti et père spirituel de notre prêtre Eugen.

Le lendemain nous étions à nouveau réunis pour le baptême de Nadia Maria Dedu fille du père Eugen et de presbytera Miriana. Tous les offices furent alors célébrés dans l’église Sainte Jeanne d’Arc car notre chapelle est trop exiguë pour accueillir plus d’une cinquantaine de fidèles. Comme toujours dans ces cas‑là, nous avons la chance de profiter de l’hospitalité généreuse de l’église et des locaux de la communauté paroissiale catholique et de son recteur le père Jean‑Luc Balanche. Nos liens avec cette communauté sont très fraternels au‑delà  des simples réunions œcuméniques.

La cérémonie du baptême fut intégrée au sein de la célébration de la Divine Liturgie. Aux côtés de notre métropolite Joseph ont concélébré: les prêtres Ioan que nous avons déjà présenté, le père Emil Tanca, recteur de la paroisse de Mulhouse, le père Gilbert

Deprugney recteur de la paroisse de Metz, le père Eugen Dedu et le père Pierre Deschamps qui desservent Besançon et Gouhenans, les diacres Grigorie Burac (Limours), Jean‑Marie Cuny (Besançon), Jean Hoegy (Gouhenans) ainsi que les sous‑diacres Jean‑Claude Hipeau de Nancy et Constantin Ungereanu de Besançon.

L’archevêque de Besançon, Monseigneur André Lacrampe et le père Dominique Banet coordinateur des activités œcuméniques de Franche‑Comté nous ont fait la joie d’accepter notre invitation et d’assister à l’office.

Dans son homélie, Monseigneur Joseph a rappelé que le Christ a reçu de Jean‑Baptiste le baptême du repentir pour nous‑mêmes... « Nous chrétiens, sommes les descendants de Jean‑Baptiste. Pendant l’année nous avons une demande de repentir sincère dans nos cœurs quand nous confessons nos péchés. C’est un mode de vie qui ouvre sur le bonheur et la joie. Après le baptême, comme celui qu’a reçu Nadia, nous‑mêmes nous commettons de mauvaises actions dans nos vies. Nous cultivons de mauvaises pensées dans nos cœurs et nous renouvelons notre baptême par l’eau de la pénitence dans les larmes de notre cœur. Mais le sacrement de confession nous sépare à nouveau du mal... Que le Seigneur fasse de nous de vrais porteurs de la grâce du Saint Esprit, telle qu’est devenue aujourd’hui Nadia après son baptême. Amen ».

A la fin de la Divine Liturgie, Monseigneur Joseph et Monseigneur André se sont offert des cadeaux. Leurs paroles chaleureuses furent le témoignage émouvant d’une authentique fraternité en Christ.

Des agapes généreuses ont finalement réjoui toute notre assemblée... ou plutôt notre grande famille unissant en Christ langues et frontières, comme l’a fait remarquer Monseigneur Joseph.

Nous avons à peine eu le temps d’exprimer à notre bien‑aimé métropolite notre gratitude, et la joie que nous ont procurée son enseignement, sa présence et sa bénédiction.

Il a dû en effet quitter Besançon tôt dans l’après‑midi pour repartir vers une nouvelle mission. Notre amour en Christ et nos prières l’accompagnent sur les routes de son apostolat!

Que le nom du Seigneur soit béni pour de tels instants vécus dans Son Corps vivant qu’est l’Eglise!

Le conseil paroissial

Visite pastorale de Monseigneur Joseph à la paroisse de la Protection de la Mère de Dieu, Saint Georges à Besançon

Les dernières Nouvelles
mises-à-jour deux fois par semaine

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Publication de la Métropole Orthodoxe Roumaine d'Europe Occidentale et Méridionale

Le site internet www.apostolia.eu est financé par le gouvernement roumain, par le Departement pour les roumains à l'étranger