À propos de saint Macaire

publicat in Hymnographie et philocalie pe 10 Décembre 2012, 05:16

Abba Pierre a dit encore que, comme abba Macaire témoignait tout bonnement la même urbanité à l’égard de tous les frères, certains lui avaient demandé: « Pourquoi te conduis‑tu ainsi ? » Et il avait répondu: « Pendant douze ans j’ai servi mon Seigneur pour qu’Il m’accorde cette grâce, et tous vous me conseillez de m’en défaire ?»

Le même abba Macaire a dit: « Si, en reprenant quelqu’un, tu te mets en colère, tu assouvis ta propre passion; ne va donc pas, pour en sauver d’autres, te perdre toi‑même. »

Quelques uns demandèrent à abba Macaire: « Comment devons‑nous prier ?» Le vieillard leur dit: « Point n’est besoin de rabâcher; il n’y a qu’à étendre les mains et dire: „Seigneur, comme Tu veux et comme Tu sais, miséricorde !» Et s’il survient un combat: „Seigneur, au secours !” Lui‑même sais bien ce qui est utile, et Il nous fait miséricorde. »

Abba Macaire a dit:

« Si pour toi le mépris est devenu comme la louange, la pauvreté comme la richesse, l’indigence comme l’opulence, tu ne mourras pas. Car il est impossible que celui dont la foi est parfaite et les oeuvres faites avec piété tombe dans l’impureté des passions et l’égarement des démons. »

Passant un jour en Égypte avec des frères, abba Macaire entendit un petit enfant qui disait à sa mère: « Maman, un riche m’aime et je le déteste; un pauvre au contraire me déteste et je l’aime. » Entendant cela, abba Macaire en fut ébahi. Et les frères de dire: « Que signifie cette parole, Père, pour que tu en sois ébahi ?» Le vieillard leur répondit: « En vérité, Notre Seigneur est riche et Il nous aime, et nous ne voulons pas l’écouter; au contraire, notre ennemi le diable, lui, est pauvre et il nous déteste, et nous aimons son impureté. »