Sur la foi chrétienne et les autres croyances (I)

publicat in Homélies pe 6 Avril 2012, 09:30

 

St Nikolaï Vélimirovic, « Le Prologue d’Ochrid »

Si quelqu’un perd la foi en Dieu, en lieu et place il reçoit la folie. Et de toutes les folies, il est difficile d’en trouver une plus grande que celle‑ci : que quelqu’un qui s’appelle Chrétien aille glaner de misérables preuves de Dieu et de la vie éternelle dans d’autres croyances et philosophies. Celui qui ne reçoit pas d’or d’un homme riche, ne peut vraisemblablement en recevoir d’un homme pauvre. La révélation de la vie éternelle, les preuves solides, la démonstration, le phénomène de la réalité du monde spirituel – tout cela n’est pas seulement la fondation de la foi chrétienne, mais la construction des murs et des planchers, la décoration et l’ameublement, le toit et les dômes du magnifique édifice de la foi chrétienne. Un rayon du monde spirituel brille au travers de chaque mot des Evangiles, sans parler des évènements miraculeux, à la fois évangéliques et post‑évangéliques, qui ont eu lieu au travers des deux mille ans d’histoire de l’Eglise. Le Christianisme a ouvert toute grande la porte de l’autre monde, l’a ouverte à un tel degré qu’il serait presque faux de l’appeler une religion, parce que cela pousserait à faire la faute de le confondre avec d’autres croyances et religions.

Il est Révélation, la Révélation de Dieu.

Titre & Trad. Anne Monney